FANDOM


7/10

Encore un Ian Livingstone, le troisième d’affilé….et troisième changement de décor. Après une ville et un labyrinthe souterrain, on visite cette fois-ci une île. Ancienne colonie pénitentiaire, l’île de Feu est aujourd’hui synonyme de terreur pour ses détenus. Ceux-ci ont en effet été réduits en esclavage par leurs anciens gardiens, des hommes –lézards, après que la colonie ait été abandonnée par le prince qui l’avait conçue. Sous la tutelle d’un geôlier qui s’est proclamé Roi, les hommes-lézards forcent leurs prisonniers à creuser dans des mines pour découvrir des pierres précieuses. Lorsqu’ils manquent de main d’œuvre, ils effectuent des raides sur la côte.

Et c’est là que nous intervenons. En visite dans un petit village de pêcheurs, nous sommes mis au courant de ces affreux agissements. Accompagné d’un vieil ami, pêcheur et habitant du village, nous décidons de nous rendre sur l’île de Feu pour mettre un terme à la tyrannie du roi lézard. A noter qu’il ne restera en vie que trois paragraphes ce qui est un peu dommage mais très courant dans les ldvelh.

Voici donc le scénario, que j’ai trouvé très intéressant. D’autant plus qu’il offre une aventure assez peu linéaire, ce qui est excessivement rare chez Livingstone. On peut ainsi se balader presque à notre guise sur l’île et de nombreux chemins permettent d‘atteindre notre but. Cependant, n’allez pas croire que le livre est facile. Car la non-linéarité est compensée par des combats atrocement difficiles. Les ennemis avec une habileté supérieure à 10 sont légions et les occasions de regagner des points d’Endurance sont forts rares. Vous risquez donc de mourir de multiples fois au combat avant d’atteindre le paragraphe 400. N’espérez pas, de toute manière, terminer l’aventure avec un total d’habileté inférieur à 10. Mais le livre offre suffisamment de routes possibles pour qu’on recommence la lecture sans bouder notre plaisir.

L’ambiance est assez bien rendue avec un bestiaire essentiellement composé de reptiles mais aussi de quelques indigènes. Peu varié mais logique. Beaucoup de passages très sympathiques, comme les épreuves du sorcier, la délivrance des nains dans les mines, le combat de masse contre l’armée du Roi-lézard, l’affrontement final…..Un nombre très faible d’objets véritablement indispensables (un ou deux) mais une foulée d’armes ou artefacts apportant de précieux bonus ou pouvant grandement aider dans telle ou telle situation. Le problème est que leur découverte dépend plutôt d’un jet de dés que d’autre chose.

Pour conclure, signalons de très belles illustrations d’Alan Langford.

Au final, j’ai apprécié l’Île du Roi Lézard. L’histoire est simple mais efficace, l’aventure plutôt tournée vers la non-linéarité et les objets indispensables sont rares. L’ambiance est bien rendue et beaucoup de passages sympas agrémentent le livre. Seul bémol, la difficulté est très élevée et n’est surtout dû qu’au hasard. Le livre n’est donc terminable qu’avec des stats très fortes, ce qui est regrettable et m’oblige à baisser sa note finale. Un bon Défis Fantastiques et l’un des meilleurs de Ian Livingstone.

Gogorn

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard